La « Slow Déco », késako ?

Sommaire

Alors que nous traversons une période particulièrement difficile et que nous découvrons la notion de confinement, le quotidien de beaucoup d’entre nous semble suspendu ou du moins, ralenti. 

S’il nous a été imposé et qu’il est contraignant, cet isolement est bien nécessaire. Alors pourquoi ne pas profiter de ce temps passé à la maison pour se poser des questions sur notre manière de consommer, et notamment en terme de décoration ? 

Aujourd’hui, nous vivons dans une société ultra connectée, à un rythme effréné. Nos modes de vie nous poussent à être sur tous les fronts, et c’est dans ce contexte qu’est né le mouvement du Slow Food à la fin des années 80, par opposition à l’invasion de la « malbouffe » et du fast food. 

Le « Slow » s’est depuis étendu à bien d’autres secteurs : la mode, les cosmétiques, le design, et bien entendu à la décoration. Adopter la Slow Deco, c’est accepter de rompre avec la logique de surconsommation et de production de masse. On prend le temps de choisir ses éléments de déco selon des critères de qualité, en favorisant la production locale, en se tournant vers des créations artisanales ou des pièces produites en petite série, ou encore l’upcycling. On ne cède pas forcément à toutes les tendances, on se renseigne sur l’origine des produits, pour consommer de façon plus raisonnée, responsable et durable. 

Petit tour d’horizon des réflexes à adopter pour devenir un expert de la Slow Déco. 

On prête attention à la qualité 

Les grandes enseignes de déco nous proposent une offre extrêmement importante de meubles et d’objets au design séduisant, et à des tarifs très compétitifs. Mais qu’en est-il de la qualité de ces productions massives ? 

La Slow Deco selon Beth du blog Local Milk
https://localmilkblog.com/

Pour réduire les coûts, les magasins jouent évidemment sur de grosses quantités, mais également en choisissant des matières premières moins onéreuses, donc moins qualitatives. C’est ainsi que de plus en plus de mobilier est réalisé en bois aggloméré, que les tissus sont confectionnés avec des fibres synthétiques certes résistantes mais dont la production est polluante, que le plastique remplace le métal. Vaut-il mieux acheter un canapé ou une table de salle à manger qui devront être remplacés dans 4 ans car ils ne résisteront pas au prochain déménagement, ou alors investir dans du mobilier certes plus onéreux, mais de qualité et qui durera dans le temps ? Faites le calcul, mais à priori la réponse est assez évidente. 

On privilégie les pièces de petits créateurs, en série limitée, ou produites localement

La slow déco, c’est aussi soutenir les artisans qui proposent de jolies pièces designées avec soin, conçues dans des matières naturelles, nobles et durables. La fabrication d’objets esthétiques et de qualité requièrent un savoir-faire particulier, ainsi que des procédés de fabrication parfois longs et minutieux.

Depuis plusieurs années, on assiste de plus en plus à un regain d’intérêt pour l’artisanat qui propose des objets vecteurs d’émotions, empreints d’histoire et du geste de l’artisan. Il faut bien sûr y mettre le prix, mais encore une fois la Slow Déco invite à consommer moins et mieux en choisissant l’authenticité et l’investissement sur le long terme. Vous pouvez également encourager la l’économie de proximité et réduire votre empreinte écologique en dénichant des créations de designers locaux, ou des pièces conçues dans des matières premières qui ne viennent pas de l’autre bout du globe. 

On évite de céder aux tendances très éphémères 

A l’instar de la fast food, la fast déco est de mauvaise facture d’une part, et inclut cette notion de « jetable ». On a vu passer ces dernières années les grandes tendances ananas, flamant roses, cactus et j’en passe.. des modes très éphémères qui ont toutes disparu aussi vite qu’elles étaient arrivées. Décorer « slow », c’est davantage réfléchir à ses besoins et ses envies véritables, afin d’éviter l’achat impulsif et compulsif qui finira à la cave six mois plus tard ou pire, à la poubelle. 

Ainsi, on temporise lorsqu’un objet nous fait de l’oeil, et on se demande « En ai-je vraiment envie? » « Me procure-t-il une émotion particulière ? ». Vous remarquerez que le mobilier, les accessoires ou objets de déco que nous avons longtemps cherchés ou attendus sont souvent ceux que l’on a à coeur de garder, et auxquels on accorde une place toute particulière dans notre intérieur car ils nous touchent et qu’on a pris le temps de les désirer ou d’y investir un peu plus d’argent que d’ordinaire. 

@polkenstudio

On adopte le réflexe « upcycling » 

Quand on upcycle, on réutilise. Mais avant tout on s’approprie l’objet pour lui donner une nouvelle vie et le transformer. En somme, on fait du neuf avec du vieux  en repeignant, en remplaçant un piètement de meuble, en rehoussant son canapé.. les produits et idées pour relooker un meuble sont foisonnantes. 

Le site https://bemz.com/ propose des housses pour redonner un coup de jeune à vos canapés et fauteuils Ikea

Faites un tour sur Pinterest pour vous inspirer, ce site regorge d’idées DIY pour les bricoleurs de tous niveaux, et toutes les bourses. 

Ce fauteuil un peu daté que vous avez récupéré de votre arrière grand-mère, n’hésitez pas à le confier à un tapissier d’ameublement qui saura lui donner un second souffle en le recouvrant d’un tissu contemporain. Et ce buffet trop classique, pourquoi pas le confier à un ébéniste qui saura le moderniser ? 

Bien entendu il ne s’agit pas là de s’interdire de céder à un coup de coeur déco, ni de n’acheter que de la seconde main, ou des pièces de créateurs. Le but de cet article, en expliquant les grands fondamentaux de la Slow Deco, est d’inciter à se poser des questions sur notre manière de consommer et remettre en question sa façon d’acheter. 

En proposant des tissages faits-main et une production française en partie, Saint Frison Textiles essaye de s’inscrire dans ce mouvement slow. Découvrez mes créations par ici : https://www.saint-frison-textiles.fr/category/creations/

Alors n’hésitez plus, et allez-y doucement mais sûrement. 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Plus sur le tissus d'ameublement